10 mai : etape vers Lyingchi

10 mai : etape vers Lyingchi

Au petit déjeuner on rigolait encore de notre épopée d’hier. On file tous 3 km en arrière dans le village de Rangwu pour la corvée de ravitaillement essence. Les motos sont interdites dans les stations services dans certaines provinces de Chine, dont le Tibet et le Xingyang. Les motos chinoises ayant des problèmes de fuites de carburateur jugées dangereuses par les autorités , elles sont interdites près des pompes. Donc nous aussi, on doit se garer a 50 m de la station et aller payer a l’unité des sortes de grosse théières de 5 a 10 litres maxi, pour remplir nos réservoirs.  Quoi de plus dangereux ?..

Au bout de 10 bornes on passe notre premier des 2 check-points de la journée. Un projet de 350 km de roulage aujourd’hui mais on descend planer sur un bas plateau forestier oscillant entre 2.200 et 3.200 m une bonne partie de la journée. Parfois on se croirait dans le Yosemite Park.

On est épaté par la puissance de feu dont possède la Chine pour developper ses infrastructures routières et électriques. Des vallées traversées par des ponts suspendues monumentaux, des montagnes transpercées par des tunnels ultra modernes dans des coin paumées . Si en France on essaye d’être en marche, soyez surs d’une autre chose, ici la Chine, elle cavale !.. Le pays est en construction magistrale dans tous ses recoins pour optimiser les flux économiques et humains. Je ne connait rien du système universitaire chinois mais je suis ébahi par le savoir faire de ses ingénieurs des Ponts et Chaussées . Ils osent tout et font aboutir de façon anodine des structures hallucinantes dans des endroits improbables pour faire passer leurs routes . Et encore plus incroyable est ce réseau de pylônes électrique flambant neuf qui parcourent les montagnes telle un jeu de Lego et de fils déposées par des géants….

On longe un Rio une bonne partie de la journée avant de grimper le seul gros col de la journée a 4.550 m, une broutille. On se retrouve le soir dans cette étonnante ville active de Lyingchi pour notre traditionnel diner chinois , tels des chevaliers de la route autour de notre table ronde. Il faut avoir que depuis notre entrée en Chine cote repas, on se régale.

Didier nous parle de cette femme pas très chaudement vêtue qui traînait son Yack au coin d’un virage.. Fabrice nous narre ce jeune Tibétain mécanicien, assis sur un gros pneu de camion tôt le matin, qui fumait tranquillement sa clope en attendant son premier client.. D’innombrables images insolites s’agglutinent derrière leurs rétines a longueur de journée..

Vous le croirez ou pas, demain soir mon dort a Lhassa !..

EMB

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tags:
1 Comment
  • VERNHET Jean-Luc
    Posted at 08:54h, 11 mai Répondre

    Chapeau les gars ! Je ne doute pas que ces journées sont inscrites dans vos mémoires pour toujours. Moi, aujourd’hui c’est 650 km, sur autoroute, en voiture et sous la pluie… Personne ne veut changer de rôle ??
    Pas de commentaires sur l’adaptation de vos organismes à l’altitude. Je suppose que ça se passe bien…
    Bonne route vers Lhassa. ✌️✌️😘

Post A Comment