Jour 23 : Isfahan

Jour 23 : Isfahan

Comme d’habitude, les rencontres humaines se succèdent sans cesse avec les Iranien(ne)s sur le bord de la route, dans les cafés, les stations-services ou dans ce vieux caravansérail restauré près de Golpayedan. On y déguste un cocktail étonnant et rafraîchissant fait de Safran, de jasmin et de miel : une merveille ! L’esprit de joie est revenu dans le groupe malgré le départ de Bernard, on se raconte ses histoires, les basques nous rappellent des souvenirs de sa vie bien remplie.

 

 

Aujourd’hui François a un petit problème médical alors il voyage avec Elodie et notre médecin dans le 4×4 de l’organisation. Je mets ma moto BOB sur Popeye et je me charge de conduire son side-car URBAN GS vers Isfahan, avec Maeva dans le panier. C’est vraiment un pilotage différent de la moto, et sa machine est un petit bijou. Je profite de cette opportunité pour m’imaginer dans la peau d’un paraplégique, comme François. Je fixe mes pieds aux cale-pieds, je passe les vitesses avec l’index droit, avec le système hydraulique de bord, et je ne bouge pas le bassin. C’est alors que je me rends compte de la prouesse physique de François dans le pilotage de son side-car : comme il le disait en début de voyage, sa plus grande difficulté, en plus de le conduire, c’est de rester sur le side et de ne pas tomber. C’est pour ça qu’il se sangle dessus. Cet équipage François-Elodie est vraiment l’un des plus émérites de ce grand voyage.

 

 

En arrivant à Isfahan, nous nous installons dans l’ancien caravansérail de Abbasi et son jardin reposant pour deux nuits. Objectif découverte de ce joyau de Perse qu’est la ville d’Isfahan. Les teams du France Perse vont vadrouiller les rues jusqu’à tard cette nuit…

 

 

No Comments

Post A Comment