Jour 19 : Urmia

Jour 19 : Urmia

“ T’as changé combien toi ? ”
“ Moi, j’ai changé 100 euros avec Nouri et ça y est, je suis millionnaire ! ”

12.000 tomans par euro, soit 120.000 rials… Impressionnant !

 

 

Le premier plein de carburant de notre camion Popeye coûte 5,5 euros pour 120 litres de gasoil… Un plein de GS ou Africa Twin coûte autour de 2 euros… Bienvenue en Iran !

 

 

On entame notre première journée Perse par 25 kilomètres de doubles voies, sur lesquelles on s’habitue au trafic hectique local, avant de bifurquer vers le sud par une petite route qui amène nos Perses à la vieille église arménienne de Saint-Thaddeus. Fondée 50 ans seulement après la naissance de J-C, c’est l’une des plus vieilles églises du monde, lieu sacré pour les arméniens du monde entier.

 

 

Dès les premières heures de ce voyage à travers la Perse, nos équipages découvrent la définition des mots gentillesse et hospitalité : même dans ces coins les plus reculés de l’Azerbaïdjan iranien, nous sommes constamment invités à prendre le thé, goûter du miel et discuter avec des familles locales.

 

 

Quelques équipages font halte dans une exploitation d’apiculteurs ayant développé un site avec des centaines de ruches produisant un miel 100% biologique. Un pur délice !

 

 

Dans la première ville de Khoy que nous traversons pour la pause déjeuner, c’est une foule enthousiaste et jeune qui nous accueille, en discutant autour de nos motos ou en partageant des selfies.

 

 

Dans l’après-midi nous longeons les berges asséchées du lac d’Urmia qui s’étend à l’infini. Avec François, on envisage de faire quelques images de son side roulant sur la partie sèche et sale du lac, mais je lui propose de tester d’abord avec ma moto Bob.

 

 

Mauvaise idée car au bout de 50 mètres, je m’enlise jusqu’aux valises. C’est une excellente opportunité pour faire un brin de formation afin d’expliquer et montrer comment s’en sortir face à une situation d’embourbement ou d’ensablement, avec un lourd maxi-trail, et ce, sans rien casser !

 

 

Nous finissons notre belle première étape Perse en arrivant sur Urmia : une partie des teams va à l’hôtel et l’autre partie va au campement sur les hauteurs de la ville. Ce groupe de campeurs va partager une soirée mémorable avec, au programme, fou-rires intenses autour de blagues et narrations épiques de la vie de Bernard Vara qui n’a pas son pareil pour rendre hilarant ce qui peut parfois être stressant dans la vie. Cette soirée restera la plus drôle et la plus forte de ce grand voyage…

 

 

1 Comment
  • Nullens Monique
    Posted at 12:39h, 11 octobre Répondre

    Oh toutes ces ruchrs, j’espère que Gilles Ratia est a nouveau avec vous, ça intéresserait au plus haut point.

Post A Comment