14 juin : commando logistique T3 en Iran

14 juin : commando logistique T3 en Iran

SAMEDI : au petit dej ce matin, nouveau conseil de guerre pour decider du plan de bataille pour poursuivre notre voyage apres un week end tranquille a Sabzevar, mais sans les motos. Les données de l’équation sont les suivantes :

  • nous sommes a Sabzevar, a 240 km de la frontière de Bajgiran .
  • On doit retourner chercher nos motos a ce poste de frontière
  • il fait plus de 40 degres
  • on a un jour de retard au programme
  • on ne peut pas sortir plus tard que prévu vers la Turquie
  • et accessoirement il nous faut obtenir dans la journée une nouvelle autorisation gouvernementale pour rouler en moto en Iran en corrigeant le poste de frontière d’entree (BAJGIRAN au lieu de LOTFABAT)) Il avait fallu 2 semaines pour obtenir la premiere autorisation…

Vu la complexité de cette équation logistique, il va donc falloir monter d’un cran en efficacité. A vue de nez ca a l’air impossible. Je prend donc la décision suivante :

  1. On organise un bus climatisé et confortable pour nos amis Foggs pour  demain matin tot, afin de les envoyer directement a Yazd en sautant l’étape de Tabas pour qu’ils puissent passer 2 nuits a Yazd et profiter des merveilles de cette villes de plus de 5.000 ans
  2. Nouri se debrouille pour obtenir une nouvelle autorisation gouvernementale en moins de 24 h
  3. Bruno et moi on se débrouille pour ramener Popeye et 10 motos de la frontière Turkmen / Iran a Yazd d’ici demain soir, soit 1.000 km

Ca pourrait en démoraliser plus d’un mais les solutions existent. On avait tout bon coté Iran, les autorisations de rouler a moto, les visas etc mais les Turkmens nous ont obligés a entrer en Iran par le mauvais poste de douane. Jesus est impuissant devant cette situation, le pauv’ Allah n’y est pour rien lui non plus, et leurs autres comperes sont en vadrouille. Donc on se démerde.

SAMEDI (donc Lundi Iranien), Nouri passe des coups de fils au patron de la douane Iranienne, a différents ministères et s’occupe de la paperasse. Puis a 11h00, on laisse  Popeye dans la cour de l’hotel et Nouri nous amene de Sabzevar a la frontière de Bajgiran sur 245 km parcourus en mode  WRC. Pour pas regarder la route qui défile a fond dans nos pupilles, je me plonge dans mon ordi pour finir la maquette du T3BOOK du Long Way Home.

On arrive a la frontiere de Bajgiran a 14h00. Ca commence mal, le directeur du poste est parti 2 heures plus tot que prévu. On cherche a le joindre pour le ramener par les oreilles, mais il a fermé son téléphone. On discute avec les officiers restants mais rien a faire, il faut la signature du boss. On n’aura pas les motos aujourd’hui. On doit dormir ce soir ici avec Bruno et Nouri. On trouve une petite chambre pour 3 chez l’habitant pour 150.000 rials. Un peu plus de 1 euro. Notre hote est un vieux paysan plié en deux par les décennies de cueillette, qui se plie en quatre pour nous faire plaisir avec du thé, une paillasse pour la sieste etc.. Forcés a glander on part en 4×4 explorer un canyon encaissé dans une vallée  du coin ou on aimerait amener quelques pilotes chevronnés sur leurs Africa Twin  l’année prochaine lors du Tokyo Paris avec Honda.  Et en meme temps, Nouri commande un camion semi remorque pour pouvoir y installer nos motos demain matin. On a commandé un bahut avec un systeme d’anneau pour fixer les motos au sol. Le soir on dine au village, on ronge des os de poulets et un bon pain chaud.

DIMANCHE ; le jour du seigneur ! Va-t-il nous entendre le vieux barbu la haut pour aligner les planetes en faveur de notre attente logistique et administrative ? La douane ouvre a 9h00, on y est a 8h30. Nouri a obtenu une nouvelle autorisation spéciale T3 pour nous permettre de rouler a moto a travers l’Iran, mais cette fois ci , directement aupres du secrétaire general du premier ministre Iranien. La lettre est faite, l’accord est donné a Téhéran aupres du bureau des douanes et de la police. Faut juste que quelqu’un envoie cette satanée lettre tamponnée jusqu’a ce petit poste de frontiere de Bajgiran. Il y a encore quelques mois ce poste était encombré de camions qui répondaient aux échanges économiques intenses internationaux. Puis Trump a imposé aux Turkmens de fermer ce poste de frontiere aux camions. Il a gagné, le village est mort économiquement et les villageois sont descendus dans la misere. Plus aucun traffic.

Pendant que la lettre du Premier ministre Iranien adressée a T3 navigue de Téhéran a Bajgiran, une nouvelle mauvaise nouvelle entrave notre progression. Le camion commandé est en rade a 100 km. Faut trouver autre chose. Nouri recolle son portable a l’oreille et tout en creusant le sol de ces 1000 pas en rond, il cherche un nouveau camion. Au bout d’une heure, avec l’aide du responsable du département transport de la region, il dégote non pas un mais DEUX camions de 8 metres de plancher chacun. Mais a Mashhad. A 250 km d’ici. Il leur faudra donc au moins 4 heures pour etre prets et arriver ici. Il faut encore attendre. Pas de probleme on commence a etre entrainés. De leur coté les Foggs sont en route vers Yazd en bus et heureusement car dans le desert qu’il traverse la temperature est montée a 47 degrés.

17h00, la lettre speciale du Premier Ministre Iranien est enfin arrivée au poste de douane de Bajgiran. Merci monsieur !. Le directeur peut la tamponner et la valider. Maintenant faut chopper Mr Habibi le responsable administratif pour tamponner nos carnets de passage en douane, il est parti chez lui au village. Nouri file le chercher pour le ramener au bureau. Il leur faut 45 minutes pour tamponer et valider nos 11 carnets FIA. On est en règle, on sort les motos du hangar, pretes a etre chargées, il ne manque plus que les camions… Encore une heure…

Mais mon petit doigt me dit que l’arrimage va etre rock’n roll et que ce qu’on a demandé coté sanmgles etc ne sera pas au RDV. Avec Nouri on retourne au village en bas et j’achete tous les matelas que je trouve, des gros matelas pour environ 2a 3.000.000 de Rials chacun. Soit 20 balles de chez nous. Quand les 2 bahuts arrivent, je rigole. Les matelas vont etre utiles. Les  2 chauffeurs sont au top, plein de muscles et de tonus. On va en avoir besoin . car les bécanes doivent etre livrées aux Foggs avant demain soir a Yazd, a 1.000 km d’ici. Il nous faut 2 heures pour charger et arrimer 4 motos dans chacun des 2 camions, soigneusement et solidement. C’est une belle pagaille car tout le monde veut aider, les chauffeurs, le directeur de la douane, le responsable transport.. Je mets un peu d’ordre dans tout ca avec Bruno qui est ke seul a pouvoir valider sur les noeuds de cordes sont bons ou pas. Et a 20h00, j’envoie un SMS aux FOGGS :

Lettre officielle ok. Motos chargées ok. Il est 20h00 on prend la route. Dormez bien et profitez de Yazd, on vous livre vos motos demain. Je salue les 2 routiers et leur donne RDV a Yazd. Bruno et moi prenons les deux motos BOB et CANASSON et on fonce vers Sabzevar avec Nouri qui nous suit comme il peut avec son Nissan 4×4.

LUNDI : A 2h00 du matin, on a chargé les 2 motos sur Popeye a Sabzevar, on casse une croute vite fait et on entame la derniere partie du commando : 750 km de desert jusqu’a Yazd avec Popeye, a environ 75 km de moyenne…. Vers 5h00 du matin je me rate sur le roadbook et on se retrouve sur une piste défoncée en plein desert, a naviguer a la boussole avec Popeye.. Ca réduit la moyenne. Nouri rale dans son 4×4 car il nous explique qu’il peut y avoir des “smugglers” dans cette region qui passent de l’opium afghan. On récupere le goudron vers 5h30 du matin, le soleil s’annonce par des lueurs lointaines, par relais de 2 a 3 heures, on progresse tranquillement, lentement. Nouri est parti devant pour dormir une heure. On se retrouve a 300 km de Yazd vers 13h00. Pendant ce temps les Foggs visitent tranquillement la belle ville de Yazd sous le cagnard mais restent impatients de retrouver leurs motos.

Ce n’est que vers 17h00 que nous livrons enfin les motos a Yazd a quelques encablures de notre hotel. La chose la plus drole de ce commando T3 est que les 2 camions et les 2 motos sont partis en meme temps a 20h00 hier soir et qu’apres 1.000 bornes a des rythmes differents on est arrives tous ensemble au point de RDV a 5 min pres. Nos 2 chauffeurs sont contents de nous retrouver, les Foggs aussi sont ravis de pouvoir poursuivre leur voyage en becane a travers l’Iran. On a recupéré les motos, on est a nouveau dans le bon timing du programme. Mission accomplie.  Bravo a Nouri et Bruno. Maintenant , dodo !..

EMB

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tags:
No Comments

Post A Comment