04 juin : etape vers Boysun

04 juin : etape vers Boysun

Hier les Foggs ont rejoint la capitale Tadjik de Douchambe, avec un retour a la civilisation un peu brutal après cette superbe parenthèse a travers la chaine du Pamir. Pour ma part c’etait la 4eme fois que je faisais cette route et une fois de plus j’ai eu ce petit moment de tristesse en voyant la rivière Panje et les montagnes afghanes s’éloigner sur ma gauche alors que la route piquait plus au nord ouest vers la capitale Tadjik. Ces 3 jours de moto le long de cette vallée du Panje sont vraiment merveilleux et j’ai une fois de plus profite au maximum de ces décors, massifs et villages afghans. L’envie de de ouvrir ce pays est grandissante, j’espère d’ici 2 a 3 ans.. Le soir a Douchambe nous rentrons nos  bécanes dans le hall de notre petit hôtel pour une nuit de repos.

Nous sommes le 4 juin et nous entrons aujourd’hui en Ouzbekistan, le 6eme pays du voyage. Nous quittons nos deux compères Serguei et Micha avec regret. Mon ami Ulugbek nous attend fidèlement a la frontière et j’ai plaisir a retrouver le sourire radieux de ce guide Ouzbek hors pair.  Il faut s’armer a nouveau de patience pour ces formalités de paperasse  parfois un peu soviétiques . Mais dans l’ensemble cette frontière se passe au final dans la bonne humeur même si on ne comprend pas toujours les étapes un peu farfelues de leurs procédures.

Les Foggs découvrent une région peu connue de l’Ouzbékistan a travers des collines gercées par l’érosion , dans une campagne peu habitées et ou l’accueil est chaleureux. Lors d’une pause rafraîchissement, des villageois nous entoure et touchant ces motos, casques et bottes qui les intriguent tant. A notre arrivée a Boysun nous découvrons notre petit hôtel juste derrière un grand terrain de foot synthétique sur lequel gambadent activement des gamins autour d’un ballon. C’est le club de foot local  qui fait succéder les équipes par âge croissant pour des matches endiablés. Vers 19h00 un groupe de jeunes de 18 a 20 ans me proposent de venir taper la balle ce que j’accepte avec grand plaisir. Le foot de rue est toujours une activité riche en échanges . Je ne sais pas si cela vient de tous ces lobules rouges accumulés depuis plus d’un mois a d hautes altitudes ou ci cela vient des 7 kg que j’ai perdu depuis le début du voyage mais je prends un bonheur immense a me défouler près d’une heure et demi, dans ce match de foot engagé quasiment sanas être essoufflé. Une patate d’enfer ! Vive les voyages moto en altitude !..

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tags:
No Comments

Post A Comment