Jour 4 : Bolzano-Trieste

Jour 4 : Bolzano-Trieste

Aujourd’hui, c’est ragoût de virolos au menu avec la traversée des Dolomites. Suivi de toute une flopée de montagnes et vallées a n’en plus finir. En pleine dolomite, je stoppe Bob, ma GS1200, sur une butte a côté d’une vieille auberge de montagne ou s’affairent 2 gars avec un camion et des gros tuyaux.

 

Maéva sort le drone et envoie son petiot dans les airs pour filmer ces dolomites et nos Perses en
pleine négoce de virages.

Les routes sont sèches, il fait beau, que dire de plus ? Un vrai régal !

 

Un des gars nous dit en allemand (si si, on est en Italie) :

“Achtung hélicoptère…” Quel hélicoptère ?

Mais rapidement un hélix déboule vers nous avec un grand réservoir renforcé au bout d’un câble. Il dépose la cuve et repart aussitôt avec une maestria impressionnante. Le drone est passé a quelques mètres du bestiau. Bon allez on repart. A peine le temps de monter sur la moto, l’hélix revient avec une autre cuve et reprend la première qui a été
chargée des eaux usées de la fosse septique de l’auberge.

Tellement de virages dans ces vallées, ça coûte moins cher d’évacuer les fosses septiques par hélico pour gagner du temps. Invraisemblable.

 

On se retrouve en fin de journée a Trieste, ou plutôt au nord est de Trieste a 500 mètres de la frontière slovène. En finissant de ranger les motos sur le parking, je vois passer un groupe de jeunes gamins que je trouve louche et commence à me dire qu’il faudrait surveiller les bécanes. Mais un sentiment de honte me submerge rapidement, il s’agit en fait de migrants en galère qui passent à pied en Italie à la recherche, non pas d’une vie meilleure, mais d’une vie. Ils viennent d’Afghanistan.

Lire les infos et polémiques dans les médias sur l’immigration est une chose, se prendre la réalité et le regard de ces visages dans la tronche en est une autre.

Ce soir on fait les 43 ans de notre australien Tony, fils d’Alois notre pilote hors norme surnomme NAKIMBRA.

 

No Comments

Post A Comment