J’ai rencontré Alain Doc Chevaldin la première fois à ROYAT au printemps 2011, lors de notre réunion de préparation du GRINGO 2011. Un mec cool, gentil, avenant, mélomane, nonchalant, un peu bavard… Il rêvait de traverser l’Amérique du Sud avec nous de Antofagasta à Ushuaia.. Ancien magasinier à la concession ARCUEIL MOTOR dans le 94, où tout le monde l’appelait CHOCO, car il avait toujours des Choco BN dans sa poche… 🙂

GRINGO 2011

Durant le Gringo 2011, son premier grand voyage Aventure, il participe avec sa chérie Florence, sur une moto jaune dans des tenues jaunes… On aurait pu le surnommé CUI-CUI ou PIOU-PIOU mais une discussion hilarante en a décidé autrement. Au début du voyage, lors d’une pause déjeuner, Alain faisait la queue pour se servir au buffet du restaurant , suivi juste derrière lui par Jean pierre qui lui parlait boulot, de ses soucis avec les inspecteurs du fisc, de collègues de travail… Bref, le Alain ça le saoulait et pour mettre fin à ces propos non connectées avec son mode de vacances, il s’est retourné nonchalamment vers Jean pierre pour lui dire : tu sais quoi ?.. Mais J’ m’en fous !..  Ca nous a tellement fais rire, et ça collait tellement avec son personnage que c’est devenu son surnom… Depuis ce jour là, dans les voyages suivants, peu de participants connaissaient son vrai surnom, ni son nom…

Cependant juste après l’étape de Mendoza, au 12ème jour de ce mois de voyage, Alain a demandé à Florence de monter dans le 4×4 d’assistance pour rouler un peu seul sur la piste entre Pareditas et El Sosneado, sur la vieille piste de la Ruta 40.. Environ 50 km plus loin il s’est vautré méchamment et au terme de sa culbute s’est retrouvé inconscient la tête dans la sable. La chance insolente qu’il avait, fut que juste derrière lui, 2 équipages sont arrivés pour lui sauver la vie : Jean Luc et Frank, parmi les meilleurs neurochirurgien de France et Nathalie, infirmière.. Ils ont fait ce qu’il fallait pour le ramener à la vie en attendant les secours qui l’ont amené a l’hôpital de San Raphael. Des cotes cassées, un trauma crânien et un pneumothorax.. Confiés aux médecins argentins nous avons dû continuer notre voyage à contre coeur sans lui, en prenant de ses nouvelles tous les jours, jusqu’à son rapatriement en France.. Mais Jmenfous ne pense pas comme tout le monde.. Lui, ce qu’il voulait c’était d’aller à Ushuaia.. Et en arrivant à Rio Grande au nord de la Terre de Feu, il nous fit la surprise de nous attendre à l’hôtel avec sa femme. L’hôpital argentin le saoulait, il a pris ses cliques et ses claques et s’est embarqué dans un vol pour nous rejoindre malgré son pneumothorax.. Puis il m’a expliqué :

“j’ai vraiment besoin de reprendre ma moto et finir au moins le voyage avec, sur la dernière étape vers  Ushuaia..“

Je lui ai montré sa moto cassée en deux arrimée à l’arrière du camion POPEYE : “ah oui, effectivement ca va être compliqué..“

Mais on a réalisé son rêve, en l’installant sur sa moto cassée, à l’arrière du camion et il est arrivée à Ushuaia, avec Florence, en moto !

C’est ainsi qu’est née cette légende de JMENFOUS, qui au fil des années est devenu la mascotte de T3…

DUNDEE 2012

Remis de ses émotions du GRINGO 2011, Jmenfous s’est embarqué pour une nouvelle aventure en version Roots avec ses copains. Un voyage qu’il a adoré, car fait de belles rencontres humaines, de paysages qui le rendaient spirituel.. Sa grande fierté fut de rouler avec son héro Raymond LOIZEAU, recordman des participations au Dakar en GS.

Jmenfous vit une aventure de rêve à travers l’Outback, avec ses copains Arnaud  et Mathieu, du périgord où il s’est récemment installé. Ses copains sont très importants dans sa vie, Jmenfous est toujours tourné avec les autres, attentifs, observateurs… C’est lui qui parfois vient me voir discrètement en me disant : “tu devrais surveiller un tel, il m’a l’air fatigué, il a besoin d’attention“…

Que ce soit avec son ami Christian ici ou d’autres, fallait pas chercher longtemps pour faire le pitre Jmenfous…

 WILD RUNNERS 2015

En 2015, mes amis de Michelin me demandent de tester une dernière fois leur pneu ANAKEE WILD que nous les aidons à développer depuis 2013 dans nos voyages et qui doit sortir en Mars 2016. Un an avant, en mars 2015, je lance un appel pour trouver une poignée de rouleurs sur 10 jours pour rouler intensivement en WILD. Ce sera le WILD RUNNER tour, partagé en R1200GS avec Tom, Marc Antoine, Jean Luc, Bernard et bien sûr Jmenfous. Ces 10 jours furent intenses et faits de rigolades, d’épreuves, de folie… Jmenfous était un peu en deça coté niveau pilotage mais au dessus du lot coté tenacité. Comme d’habitude.. Du coté d’Andorre, il nous fait une de ses Chevaldinades en coupant un virage devant son compagnon de route Marc Antoine et les 2 se vautrent  créant l’attraction des pyrénnées du jour… Les 2 valises explosées, la jambe amochée, Alain repart chez lui, accompagné de Marc Antoine. Ils nous rejoindront à notre retour d’Espagne. C’était pas sa première gamelle, ni la dernière, mais elle fut l’une des plus drôle…

Le dernier soir de ce WILD RUNNERS, lors de notre étape chez lui dans le Périgord, Jmenfous me dit : “tu veux que je te montre mon bleu ?..“Ce fut un fou rire général comme il aimait en provoquer…  C’était aussi une de ses marques de fabrique, le dur-au-mal, le courage, la relativité… Jmenfous adorait la moto.. Mais son esprit parois distrait, relax lui jouait des tours..

 GRINGO 2015

Ce fut le voyage de sa revanche. Il s’engage sur les 2 GS GRINGOS successifs entre Montevideo, Antofagasta et Ushuaia. 16.000 km difficiles à travers 7 pays, des déserts, des cols à près de 5.000 m, la neige, la pluie, la canicule, le vent, la poussière, la fatigue.. Il ne râlait jamais, se plaignait jamais, trouvait des solutions à ses soucis, s’intégrait au groupe, faisait des compromis… Il VOYAGEAIT.

Sa traversée du désert de UYUNI s’est faite avec des larmes de bonheur… Son arrivée à Ushuaia fut immense en émotions…

JMENFOUS est arrivé à Ushuaia ! Enfin.. Sous son grand sourire, il pleure de bonheur…


Dans le premier GRINGO 2015, il retrouve son copain jean pierre MINCEL, qui fut à l’origine de son surnom JMENFOUS. Alain se faisait des amis durant ses voyages, au fil des voyages, en partageant des valeurs humaines, des visions du monde, des anecdotes ou des galères.. Son amitié était FIDELE et INEBRANLABLE. Il était capable d’accueillir des gens chez lui qu’il ne connaissait pas, il donnait son temps sans compter. Et ses avis techniques ou autres était toujours à propos et justes.

A la frontière Bolivienne avec ses amis Jean Pierre et Monique.

PAMIR et PERSE 2017

Ce fut son dernier grand voyage avec nous. Il voulait découvrir l’Asie Centrale, la Perse… Mais il hésitait entre le voyage au Pamir et le voyage en Perse.. Alors il s’est dit : et puis merde, je fais les deux…“.. Ensuite il m’a demandé comment je gérait mon véhicule d’assistance SCOUT (Landcruiser 4×4). Quand je lui ai dit que notre technicien Alain allait rejoindre Bishkek à Téhéran entre le GS PAMIR et le GS PERSE, et qu’après le GS PERSE il revenait par la route entre Téhéran et Paris, alors il m’a dit : bon ben impek, je sais quoi fait cet été et cet automne alors… Ce fut le seul motard à faire tout le programme du Kirghistan à Paris avec sa fidèle F800GS bidouillée, soit près de 19.000 km avec ses amis. Il a adoré ses 2 groupes du PAMIR et du PERSE dont il appréciait chaque participant “de tous mes voyages avec T3, ces 2 groupes étaient vraiment super !.. Que des personnes adorables et attachantes… Jmenfous s’attachait aux gens, à ceux qu’il rencontrait, à ceux qui partageaient ses aventures… Tous les deux on avait une complicité intense. On savait qu’on pouvait compter l’un sur l’autre. Il comptait sur moi pour tous ses problèmes techniques, logistiques, admin… Je comptait sur sa sagesse, et sa claire-voyance pour évoquer des choix, des décisions.. C’était mon référant officieux.

JMENFOUS rencontre des bikers Iraniens à Téhéran


AU MAROC AVEC Arnaud

En 2013, Jmenfous est venu faire un tour en Dordogne pour rendre visite à ses copains Mathieu et Arnaud. Il devait rester 3 jours, il s’y est installé. A partir de là, loin de sa banlieue parisienne, il a vadrouillé la France, puis l’Espagne jusqu’au Maroc avec son pote Arnaud… Tout est était motif au voyage et aux copains..


JMENFOUS était le roi des rencontres improbables. A l’autre bout du Monde, son esprit ouvert, sa gentillesse généraient des contacts facile mais s’il ne parlait pas la langue locale. Ici à Persépolis, au coeur de la Perse, il pouffe de rire en croisant un petit Iranien qui porte un tshirt marqué JMENFOU… Juste improbable, inexpliqué mais tellement apprécié par notre Jmenfous national. Ses voyages, c’était ça tout le temps, les rencontres, les observations, le contemplatif, l’admiration de tout, la critique de tout.. mais toujours positif. Alain se foutait de tout ce qui était matériel, rationnel, spirituel.. Il ne se concentrait sur l’essentiel, l’humain, les autres, la nature, la VIE..


J’ai eu la chance de vivre et partager des aventures incroyables avec Jmenfous à travers 15 pays sur plusieurs années. Ce fut des années de bonheur, d’amitié, de rigolades, d’insouciance. Je lui en serai à tout jamais reconnaissant. Je n’ai pas peur de l’avouer, Jmenfous, c’était un de mes compagnons de voyage préférés.. On discutait souvent, de sujets philosophiques ou de relations humaines.. Il me savait taquin et s’attendait toujours à une vanne, une blague, une petite moquerie affectueuse… Ca va être différent de voyager sans lui… Sa disparition me fait réfléchir… Il aura été une rencontre majeure dans ma vie.. Ciao mon pote..

 

Alain DOC CHEVALDIN – 25 Novembre 1950 – 5 Mai 2018